Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azeffoun... la coquette
  • Azeffoun... la coquette
  • : Azeffoun, cette petite ville littorale de kabylie, connue pour la beauté de ses paysages et la sympathie de ses habitants, Azeffoun est aussi connue à travers ses enfant artistes et écrivains qui on beaucoup donner à la culture algériènne.
  • Contact

Recherche

12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 15:16
Les équipements nécessaires pour le fonctionnement du nouvel hôpital d’Azeffoun viennent d’être réceptionnés, a-t-on constaté mercredi dernier en marge d’une visite de travail et d’inspection entreprise par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi Ouzou. Conduite par le P/APW, M. Ikharbane,
La délégation composée d’élus mais aussi des membres de l’exécutif de la wilaya, a observé plusieurs haltes, à Azeffoun, Aït Chaffa et Aghribs, les trois communes de la daïra d’Azeffoun. Des haltes au cours desquelles le P/APW de Tizi Ouzou a eu à inspecter plusieurs projets inscrits au profit de cette région. Dans la commune d’Azeffoun, l’hôte de la ville côtière s’est enquis des projets retenus dans le cadre des aménagements urbains, notamment ceux lancés au niveau des plages et de la ville nouvelle Tifrest pour sa mise à niveau en termes de viabilisation. Quant à l’hôpital, sa livraison reste tributaire de la réalisation des travaux de confortement et autres voirie et réseaux divers (VRD). «N’était-ce le problème des glissements de terrain qui remonte à près de deux ans, dont l’origine n’est pas naturelle (terre d’apport entreposée), l’infrastructure, un joyau architectural, serait déjà livrée», a soutenu le premier responsable de cet hôpital. De la ville nouvelle de Tifrest, la délégation de l’APW s’est rendue à la ferme aquacole de Mlata, toujours dans la commune d’Azeffoun. Sur les lieux, les hôtes de la ville côtière se sont entretenus avec le responsable de cette unité mise en service le mois de juin dernier, avec, pour le moment, deux variétés de poissons, le loup de mer et la dorade. «En ce moment, nous disposons d’un stock de 1 200 tonnes de poison», a révélé M Djeladj, le directeur de cette ferme aquacole qui compte se lancer, au premier trimestre de l’année prochaine, dans l’éclosion ou la production d’alevins, jusque-là importés d’Italie. Estimant, qu’à l’heure actuelle, l’objectif est atteint, il reste, a-t-il ajouté, la phase dite de reproduction du projet, qui enregistre une avancée graduelle. Ceci avant de déplorer les taxes imposées par l’Etat pour chaque livraison d’alevins ou autres aliments. Des taxes imposées uniquement en Algérie, précise-t-il, souhaitant que ces charges fiscales soient supprimées à l’avenir comme c’est le cas au niveau de l’ensemble des pays du Bassin méditerranéen. «Pour une seule livraison, je me suis acquitté de 16 millions de dinars», a-t-il dit. Sur le plan commercial, le responsable de cette ferme aquacole a lancé un appel aux institutions publiques et privées à se rapprocher de ses services commerciaux pour d’éventuels marchés de livraison de poisson, un produit moins cher que la viande et la volaille. «Les deux variétés de poisson produites au niveau de cette ferme sont de première qualité avec un contrôle sanitaire assuré», a-t-il indiqué, rappelant que depuis la mise en service de cette unité au mois de juin dernier, seules une quantité de quatre tonnes de poissons a été vendue aux particuliers. La délégation de l’APW de Tizi Ouzou s’est dirigée vers la station d’épuration et de traitement des eaux usées (Step), jusque-là fonctionnelle avec une capacité de 5000 éq/habitant. Une capacité appelée à augmenter pour atteindre 20 000 éq/ha. «Du point de vue fonctionnel, le traitement par boue activée retenu pour l’extension de la Step est mis en œuvre dans une installation comprenant le relevage et prétraitement, le traitement biologique, la désinfection et le traitement de la boue.» Le P/APW et la délégation qui l’accompagnait se sont ensuite rendus sur le site devant accueillir le projet de réalisation d’une station thermoélectrique, un projet qui doit voir le jour, selon M. Ikharbane, qui ne comprend pas pourquoi les travaux de réalisation tardent à être lancés, alors que l’ensemble des contraintes ont été levées. «Le projet doit voir le jour. Il n’y a pas de raison qu’il soit désaffecté», a-t-il rappelé. Du site devant abriter la future station thermoélectrique, la délégation de l’APW de Tizi Ouzou s’est rendue à la zone d’activité que gère la Sogi. Sur les lieux, le P/APW a déploré le fait que les lots attribués aux investisseurs soient utilisés à d’autres fins. «C’est inconcevable de voir les zones d’activités transformées en sites de construction de villas.» La Zone d’extension touristique (ZET) de Sidi Khelifa, le port d’Azeffoun, le barrage de Sidi Khelifa, le Centre de regroupement et de détente des équipes nationales d’Aghribs et la ville nouvelle d’Aghribs sont autant d’autres projets inspectés par la délégation de l’APW de Tizi Ouzou. S’agissant de la ZET de Sidi Khelifa, les élus à l’APW de Tizi Ouzou à leur tête le P/APW déplorent ce qu’ils qualifient de «volonté délibérée de l’Agence nationale de développement du tourisme (ANDT) de freiner le tourisme dans cette région côtière. Plus explicites, certains élus n’ont pas manqué de relever qu’en 2001 cette ZET a été inscrite comme zone à aménager prioritairement. Ce qui n’est pas le cas. Au jour d’aujourd’hui, l’ANDT n’a ni exproprié les propriétaires des terrains privés, ni acquis l’assiette foncière qui s’étale, rappelle-t-on, sur une superficie totale de 637 ha, constituant l’une des plus grandes zones d’extension touristique à l’échelle nationale.» Nous allons saisir de manière officielle l’ANDT sur les suites à donner à ce gigantesque projet. Enfin, au sujet du futur centre de regroupement des équipes nationales prévu à Aghribs, dans la daïra d’Azeff
oun, on a appris qu’une enveloppe financière d’un montant de l’ordre de 5 milliards de centimes a été dégagée pour les études techniques et que le choix à effectuer sur un terrain d’une superficie d’au moins de 15 ha sur un total de 290 ha. Indiquant que pour ce projet, cinq wilayas étaient en compétition pour l’inscription de ce projet.


Source : Mohamed R/La nouvelle république

Partager cet article

Repost 0

commentaires