Azeffoun a son chantier naval

Publié le 29 Janvier 2008

L’entreprise Mediboat, spécialisée dans la construction de barques et bateaux, possède trois unités situées à Oran, Aïn Témouchent et Tipaza. Elle aurait été félicitée par le ministère de la Pêche, pour sa contribution au développement de ce secteur.

Cette entreprise vient d’ouvrir une unité à Azeffoun, dans la zone d’activité à 3 km à l’ouest du centre-ville. Ce chantier naval est bel et bien lancé. Le projet se fera en deux étapes : La première, (en activité), consiste en la construction d’embarcations de 6,50 m pour la plaisance et la petite pêche. C’est une nouvelle gamme de barques, les modèles seront différents de ceux produits par les autres unités. Les coques seront fabriquées en résine polyester, renforcée de fibre de verre ; ce qui permettra d’obtenir un produit final robuste et esthétique. « Nous avons déjà reçu des commandes », affirme le directeur. « De plus, si nous activons dans le travail en ce moment, c’est pour être présent également au prochain Salon nautique de la pêche et de l’aquaculture qui se tiendra, fin mars, à Oran où nous exposerons nos produits qui, nous en sommes sûrs, feront sensation. Nous comptons bien rafler des parts de marché car nos produits sont performants, solides et esthétiques. » La deuxième partie du projet, qui sera lancée dans quelques mois, consiste, elle, en la construction de petits bateaux : des espadoniers de 8,15 m et des sardiniers de 18 m. Ils seront construits avec les mêmes techniques et les mêmes matériaux. Pour cette deuxième phase du projet, le directeur garde son optimisme : « Nous sommes prêts techniquement, mais le hangar où nous travaillons actuellement n’est pas assez vaste. Il nous faudrait un deuxième que nous construirons, surtout si on trouve un compromis avec l’APC. » Au fait, le hangar abritant ce chantier est situé sur un terrain de l’APC, mais dans la zone d’activité ! C’est donc l’APC qui loue le hangar et le terrain pour l’unité (pour une durée de cinq ans). Le directeur trouve que le loyer est excessivement cher. Pour lui, l’APC doit faire en sorte que le terrain soit inclus dans la zone d’activité et lui, traitera avec l’organisme qui gère cette zone, au même titre que les autres investisseurs. C’est aussi la raison pour éviter toute délocalisation de leur chantier. Ce chantier naval est bien accueilli dans la région. Une quinzaine de postes directs sont déjà pourvus, le nombre doublera dans quelques mois avec le lancement de la deuxième phase du projet. S’ajouteront à cela les emplois indirects.


Rédigé par Hamid

Publié dans #Nouvelles d'Azeffoun

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article