Smaïli Mustapha

Publié le 30 Octobre 2007

      Bien que très peu médiatisé, Smaïli Mustapha demeure l'un des piliers de la chanson chaâbi.
      Natif du quartier de la Bazeta (Bab El Oued), il était originaire d'Azeffoun, comme la majorité des autres artistes chaâbi. Ses débuts remontent au milieu des années 1940, plus exactement vers 1947, au sein de la société musicale El Hayet dont le siège se trouvait à la rue de Chartres. Cette société comptait également parmi ses membres cheikh Lounas et Dahmane El Harrachi qui, à l'époque, jouait du banjo. Mais également Amar Lachab, lui aussi drabekdji. Tous feront, par la suite, partie de l'orchestre qu'il mettra sur pied vers 1949-1950. Smaïli Mustapha n'était pas seulement un cheikh de la chanson chaâbi, il était également cheikh de la chanson kabyle. D'ailleurs, c'est suite à sa rencontre avec cheikh Noureddine qu'il décida de chanter dans sa langue maternelle. Puis, il élargira ses connaissances, en rencontrant le grand Iguerbouchène qui, par la suite, est devenu l'un de ses meilleurs amis. D'ailleurs, le grand compositeur lui écrira tous ses textes en langue kabyle dont la très célèbre :


Thechfith a thuzyint
Athawardets
Azmane Inadlen
A yemma thaâzizth.


      Toutes ses chansons ont été enregistrées en 1958, puis il a chanté en arabe dialectal dont la fameuse chanson intitulée Idha kount nar, ana houa el ma, d'ailleurs, même cette composition est signée Iguerbouchène. Il a aussi d'autres chansons telles que Nar djemar el hob chaâla, Bellah âlik ya rayeh' Il a, par ailleurs, à son actif un grand nombre d'enregistrements à la radio datant des années 1950, sans parler de tous les 45 tours mis sur le marché à cette même époque.
      Sa dernière prestation remonte aux années 1973 dans une opérette. Suite à quoi, il mettra fin à sa carrière artistique.
Smaïli Mustapha était également un comédien de talent puisqu'il a été distribué dans un certain nombre de productions cinématographiques algériennes.
Ainsi, jouera-t-il dans Le moulin de Ali Rachedi, Serkadji de Hadj Rahim et Les féeries algéroises de Mustapha Badie.
      Bien qu'étant l'un des artistes les plus doués de sa génération, Smaïli Mustapha nous a quittés sur la pointe des pieds, sans trop faire de bruit et sans trop déranger un jour de l'Aïd El Adha. Qu'il repose en paix.

Source: la nouvelle republique

Rédigé par Hamid

Publié dans #Célébrités d'Azeffoun

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bouhedli Mohamed Nassim 10/09/2016 01:48

Merci de la part de Mr Bouhedli Mohamed Nassim

isaddek 10/11/2007 22:01

Mustapha SMAILI est un natif de la Casbah, rue Smain AMROUNI, ex Héliopolis, postier de profession, un bel homme le teint européen, si je peux me permettre cette expression, il venait souvent chez un épicier du quartier mitoyen, (rue Montabort) un de ses parent.
 

Mes salutations