Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azeffoun... la coquette
  • Azeffoun... la coquette
  • : Azeffoun, cette petite ville littorale de kabylie, connue pour la beauté de ses paysages et la sympathie de ses habitants, Azeffoun est aussi connue à travers ses enfant artistes et écrivains qui on beaucoup donner à la culture algériènne.
  • Contact

Recherche

13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 18:16
Ahmed Takdjout est né à Alger le 4 Novembre 1966. Surnommé Hamidou par son père Hadj el Hadi Takdjout, joueur de mandole, pour son ‘regard intelligent’ dit-il. De la passion précoce de Hamidou pour la musique, son père raconte qu'a peine sa première bougie soufflée, il ne se lassait pas d’écouter de la musique, il voulait tout le temps aller chez deux de nos voisines parce qu’elles ne faisaient que chanter pour lui et lui faisaient écouter beaucoup de disques, les disques étaient ses jouets préférés. Il avait six ans quand il s’intéressa aux instruments de musique, il m’accompagna à la Derbouka suivant bien la cadence et avec un mizane bien adapté aux mélodies que je jouais au mandole. En 1975 , lors d’une fête à l’occasion de la naissance de son unique sœur, alors qu’il n’avait que huit ans , sa première refda fut avec le regretté chanteur chaabi Brahim Kechabtia qui a été étonné par son talent. En plus de sa voix majestueuse posée dans différents registres de la musique algérienne, il pratique le violon, le mandole, le violoncelle et le rebab.


Biographie et évolution musicale
Hamidou est issu d'une lignée de parents originaires d'Azeffoun (qui a vu naître un grand nombre des grandes figures de la musique classique algérienne, comme Mohamed El Anka, le doyen de la musique chaâbie) , Le jeune Ahmed grandit dans le quartier El Mouradia d'Alger et est surnommé très tôt Hamidou par son père Hadj el Hadi Takdjout, joueur de mandole, (pour son ‘regard intelligent').

En effet, l'enfant est passionné par la musique et commence très tôt sa carrière musicale auprès de la prestigieuse association de musique andalouse El Fakhardjia . Il fut élève de la classe supérieure dirigée par Cheikh Abderezzak Fakhardji. A 15 ans, Hamidou occupa déjà le devant de la scène lors des concerts donnés par El-Fakhardjia, par des interprétations en solo des istikhbarats et des chghalats de lanouba andalouse. De cette voix jeune et forte, Abdelouahab Nefil, actuel président d'El-Fakhardjia raconte « En 1983, lors du festival du Malouf au théâtre régional de Constantine, Hamidou interpréta un insiraf de la nouba Zidane, du regretté Mahieddine Bachtarzi assis à mes côtés dans la salle fût émerveillé par son talent et me confia que ce jeune avait un avenir bien prometteur devant lui ».

Hamidou devient par la suite un brillant interprète de Hawzi. A de multiples occasions, il fut un honorable ambassadeur de la musique algérienne à travers le monde et est régulièrement récompensé pour ces vibrantes interprétations du répertoire andalou.

Cependant, avec sa vivacité et son dynamisme, Hamidou ne se réserve pas à la musique classique algérienne, mais alla, avec toute la créativité et l'ambition d'un jeune artiste, dans la recherche d'autres styles musicaux qu'il n'eut d'ailleurs pas tort d'aborder puisque toutes ces expériences sont appréciées. Ainsi, il fût le premier à avoir chanté du rap algérien à travers « Jawla Fileil ». Aussi, il se lance dans des créations les plus originales que les autres, notamment, avec sa chanson Seroual loubia qui fut un grand tube des années 80.. En 1985 il est l'auteur de Jaoula fellil qui n'avait pas intéressé un large public à cette époque.

Il créa par la suite la surprise en montrant son talent dans l'interprétation de la chanson kabyle à travers son album ‘Thamaghra N-Kheloudja' dont il fût le compositeur de plusieurs chansons, notamment ‘Ismim a yemma' dédiée à toutes les mamans. Il se marie le 24 mai 1990. Il intègrera le groupe Nomads à la fin des années 90 avec notamment la chanson ‘Yakalélo' obtient un grand succès qui correspond à l'époque où il mena une belle expérience avec TF1. La tournée a duré de 1998 à 2001 et entre dans le monde du show-bizness. J'ai eu la grande chance de rencontrer des stars internationales, à l'image de Céline Dion, Yannick Noah, Carde Frédérique, Patrick Fiori... et autres. J'ai su, à travers cette magnifique tournée, que le succès ne dure pas. En Algérie, j'ai la chance d'avoir autant de succès, même après vingt ans de carrière. A l'étranger, la durée de vie d'un artiste se résume en fonction d'un tube.


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Idir 24/04/2009 16:28

Azul, tout comme ses aînés, Hamidou n'a pas failli à la règle. Je ne savais pas qu'il est originaire d'Azeffoun qui a donné les plus célèbres du chaâbi.