Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azeffoun... la coquette
  • Azeffoun... la coquette
  • : Azeffoun, cette petite ville littorale de kabylie, connue pour la beauté de ses paysages et la sympathie de ses habitants, Azeffoun est aussi connue à travers ses enfant artistes et écrivains qui on beaucoup donner à la culture algériènne.
  • Contact

Recherche

4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 22:31
La jeunesse entre horizon bleu et oisiveté Tout semble calme, offrant un décor paradisiaque, une mer au repos qui donne l’impression d’une eau stagnante, un ciel azur avec quelques nuages blancs. Le soleil éclaire la ville pour annoncer le début d’une nouvelle journée, la ville commence à reprendre son souffle matinal, chacun vaque à ses affaires, sauf une catégorie qui n’est pas différente des autres jeunes des différentes régions du pays, à savoir la jeunesse qui lutte péniblement contre le chômage.

A peine 8h, voilà qu’ils commencent à s’accoster devant les cafés, les uns accroupis, les autres appuyés aux murs ou encore “les chanceux” adossés aux voitures garées. Une heure après le “un” est devenu “beaucoup”, le vide est plein, le calme brisé, le lieu est occupé par ceux qui se posent une seule question en posant leurs têtes sur l’oreiller la nuit venuee : “Quoi faire demain ?” ou “où aller ?”.

Manque de partenaires sociaux Approchés par nos soins, parmi eux on dénombre des universitaires, des diplômés marginalisés suite à la place qu’ils occupent, un licencié en sciences économiques depuis déjà deux ans nous dira : “Je ne sais quoi dire, vous connaissez très bien nos souffrances quotidiennes”. Un jeune accroupi prend la parole à son tour “j’ai tout essayé, j’ai osé, j’ai tapé à toutes les portes malheureusement il n’y en a pas une qui s’est ouverte, la déception est toujours là.” Après avoir avalé difficilement sa salive, il ajoute “j’ai été voir toutes les autorités locales, le P/APC, le chef de daïra, je n’ai épargné aucun effort pour postuler par des demandes d’emploi auprès des différents établissements scolaires où hospitaliers mais pas la moindre réponse favorable.” Il finit difficilement ces mots pesants en balançant “aucune cellule d’écoute, ni assistance à nos cris de détresse, nous sommes sur une mer houleuse”. Auberge de jeunes, centre culturel, timide club sportif limité et une salle omnisports peu mouvementée. Au départ tout donne le sentiment d’une activité non stop, infrastructures implantées l’une à côté de l’autre, centre culturel abritant dans sa cour un beau portrait de l’auteur Les Chercheurs d’os : Tahar Djaout, un centre qui porte mal son nom par manque d’activités culturelles. Un club sportif qui essaye d’absorber une masse de jeunes tous âges confondus et malheureusement peu suivis. Une auberge de jeunes qui se consacre uniquement à ouvrir ses portes les mois d’été, juillet et août pour offrir un semblant de confort aux estivants venus se délasser au froid de la Grande Bleue.

Associations comptées... sur le bout des doigts Au nombre de deux : l’une, dérivée des scouts musulmans et qui active dans le champ permis par les convictions et la stratégie de la cellule nationale. L’autre qui a pour nom “Rusazus” initiée par de jeunes étudiants déterminés à apporter un plus et faire de leur mieux afin d’être de bons auditeurs mais le manque de moyens les handicapent et les garde dans l’immobilisme donc retour à la case de départ avec tous leurs objectifs tracés. La salle omnisports, qui est sous la gestion de l’Opow affiche son barème pour inciter à pratiquer une activité sportive. 17h 00, les commerces commencent à baisser rideau, c’est l’annonce de la fin de la journée rentable pour les uns et le début d’un calvaire pour les autres qui subissent tout le poids de la lenteur de la nuit qui débute précipitamment. Une seule interrogation se répète sans cesse en portant le regard loin vers l’horizon de cette étendue bleue “la fin de nos souffrances est-elle proche ? Les autorités daigneront-elles un jour nous aider ? Tout reste à faire, peut-être pour commencer leur tendre la main afin d’apaiser leurs stress et angoisses.

Sahnoune Karim/ La depêche de Kabylie

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Hamid - dans Extra
commenter cet article

commentaires

dadi 13/06/2010 00:02



bonjour je n'ai pas bien compris ce que vous voulez dire par"les scouts qui activent dans le champ permis par les convictions et la stratégie de la cellule nationale".une petite explication
s'impose cher monsieur


                                                         
cordialement,


                                                                
dadi



al 07/12/2008 10:32

Bonjour,Triste te révoltant mais ne jamais renoncer.Une bonne journée à tous.